La triste Histoire cambodgienne

Publié le par Hélène

Phnom Penh 13/04-14/06 et 20/06-24/06

Je suis passée une première fois par Phnom Penh avant d’aller voir les temples. A ce moment là, je ne suis restée qu’une demi-journée dans la capitale. J’ai visité le musée national qui présente une belle collection de statues de l’époque angkorienne.

La triste Histoire cambodgienne
La triste Histoire cambodgienneLa triste Histoire cambodgienneLa triste Histoire cambodgienne

Je suis revenue ensuite après afin d’y prendre un vol vers ma prochaine destination. Je suis restée plus longtemps que la première fois et ai donc pu un peu plus visiter. Après l’Histoire antique cambodgienne, c’est à l’Histoire beaucoup plus récente que je me suis intéressée : la période Khmer rouge.

En plein centre ville de Phnom Penh, on peut visiter une ancienne prison Khmer Rouge, dénommé S-21 ou Tuol Sleng. C’est dans cet ancien lycée que pendant un peu moins de 4 ans près de 15000 personnes ont été incarcérées et ont subit les pires tortures. Les Khmers rouges y enfermaient tous les opposants au régime sous n’importe quel motif. Des hommes, des femmes, des enfants et même des familles entières… Tous subissaient des interrogatoires sous forme de torture pour avouer des choses qu’ils n’avaient jamais faites. Les gardiens étaient des jeunes de 10 à 15 ans qui avaient été endoctrinés dès l’enfance. La visite est très difficile car on peut voir beaucoup de images, chaque prisonnier était pris en photo à son arrivée et aussi lorsqu’ils ne résistaient pas aux interrogatoires… Seul 7 prisonniers et 4 enfants sont retrouvés vivants au moment de la chasse des Khmers rouge par l’armée vietnamienne.

La triste Histoire cambodgienneLa triste Histoire cambodgienne
La triste Histoire cambodgienne
La triste Histoire cambodgienneLa triste Histoire cambodgienne

Ensuite, je me rends à 15km de la capitale, au camp d’extermination de Choeung Ek aussi appelé killing field, le champ de la mort. C’est là qu’était amené les prisonniers venant de S21 pour être sauvagement liquidés. On y a retrouvé 129 fosses communes ! Encore maintenant, près de 35 ans après la fin de ce génocide, des ossements et des restes d’habits sont découverts toutes l’année et notamment en saison des pluies quand la terre est remuée. Même sur le chemin que prennent les visiteurs, on doit faire attention où poser les pieds ! La visite a été aussi éprouvante que pour la prison S-21. Avec les personnes qui m’accompagnent, on reste sans voie en découvrant cette Histoire tragique.

La triste Histoire cambodgienne
La triste Histoire cambodgienneLa triste Histoire cambodgienne
La triste Histoire cambodgienne

Publié dans Cambodge

Commenter cet article