Buenos Aires, capitale «européenne»

Publié le par Hélène

Buenos Aires 31/08-3/09 8/09-9/09

Je passe quelques jours dans la capitale argentine. La ville a des airs de capitale européenne car beaucoup de ces bâtiments ont une architecture française, anglaise ou espagnole. Même la population fait penser à l’Europe car les gens ne sont pas aussi typés que dans le reste du pays. En effet, ils ont souvent des origines espagnoles ou italiennes. Pour découvrir la ville, je participe à plusieurs tours organisés dans différents quartiers.

Le premier jour, on commence par la Plaza del Congreso avec le congrès national. Ensuite on suit l’avenida de Mayo en observant l’architecture des bâtiments et leurs inspirations. Suivant les rues, il peut y avoir des mélanges d’architecture un peu bizarre. On arrive à l’avenida 9 de Julio, plus large avenue au monde (140m), où on peut voir le portrait d’Eva Peron, la célèbre Evita. Poursuite de la visite par la Manzana de las Luces, îlot de lumières, en souvenir des lumières intellectuelles et morales que portaient les jésuites dans le Nouveau Monde. C’est un pâté de maisons où se situent un lycée prestigieux de la ville et une église jésuite, Iglesia San Ignacio. Enfin on termine cette visite très instructive sur la Plaza de Mayo et devant le Palacio de Gobierno. Cette place est célèbre pour ses rassemblements et manifestations. « Les folles de mai » se réunissent tous les jeudis avec leurs foulards blancs pour réclamer la condamnation des responsables des disparitions sous la junte militaire. Et bien d’autres manifestations, comme les victoires de foot.

Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»

Nouvelle journée, nouveau tour organisé. On démarre au Teatro Colon, le troisième plus grand opéra du monde après Paris et Vienne. Puis on marche jusqu’à la Plaza San Martin en hommage au « père de la patrie » qui a permis de libérer l’Argentine de l’Emprise Espagnole ainsi que le Chili et le Pérou. Il est mort à Boulogne sur Mer ! Ensuite, on s’arrête devant l’edificio Kavanagh qui fut l’immeuble en béton armé le plus haut du monde à une certaine époque, il mesure 120m de haut et a été inauguré en 1936. Puis on passe par des rues aux allures parisiennes pour arriver au quartier de la Recoleta où on visite le cementerio de la Recoleta. C’est le « Père-Lachaise latino-américain ». Beaucoup de noms à consonance européenne et des personnages célèbres sont enterrés ici. Encore une visite très intéressante.

Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»

En revenant à pied de cette visite jusqu’à mon auberge, je m’arrête au Museo Nacional de Bellas Artes et tout à côté je passe par la Floralis Generica, immense fleur métallique qui s’ouvre et se ferme avec le soleil.

Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»

Dernier tour organisé dans le quartier de San Telmo. Dans plusieurs rues du quartier, on peut voir des murs peints ou des statues en l’hommage de héros de bandes-dessinées. La plus célèbre héroïne de BD argentine est Mafalda, son créateur vivait dans ce quartier. On visite tranquillement les rues de ce quartier beaucoup plus populaire que le centre mais très charmant. C’est ici qu’est né le tango ! On passe par le Mercado de San Telmo et on finit la visite dans un ancien bâtiment colonial avec patios intérieurs et balcons, c’est très sympa !

Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»

Après San Telmo, je prends un taxi pour le quartier de la Boca et particulièrement la plus célèbre des rues du coin, Caminito. C’est une rue toute colorée dans le quartier le moins bien fréquenté de la capitale. Mais ici rien à craindre, c’est un endroit très touristique.

Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»

Pour finir ma découverte de la ville, je visite le museo del Bicentenario qui retrace l’Histoire de l’Argentine à travers celle de la ville de Buenos Aires. Très intéressant et instructif ! Puis je retourne sur la Plaza de Mayo où se trouve la Catedral Metropolitana. Extérieurement, elle ressemble au Palais Bourbon mais c’est bien une église. C’est ici que se situe le mausolée du général San Martin. Enfin pour conclure mon séjour, je me promène dans le quartier de Puerto Madero, ancien port principal de la ville laissé à l’abandon pendant des années. Il a maintenant été réhabilité et est devenu un des quartiers les plus huppés de la capitale. On peut visiter la fragata Presidente Sarmiento, le premier bateau-école de la marine nationale argentine.

Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»
Buenos Aires, capitale «européenne»Buenos Aires, capitale «européenne»

Publié dans Argentine

Commenter cet article