Cours de géologie et de paléontologie

Publié le par Hélène

Cochabamba 06/10-07/10 – Torotoro 07/10-09/10

J’arrive à présent dans la grande ville de Cochabamba. Ce n’est pas très touristique mais c’est la ville départ pour rejoindre le parc national de Torotoro. Toujours avec Arthur, on visite la ville rapidement. Le marché est immense, il fait la taille d’un quartier. On monte également en téléphérique voir le Cristo de la Concordia, un christ géant de 34,2m. Il est même plus grand que celui de Rio !

Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie

A l’auberge, on rencontre Valentine de Lille et Laura de Lausanne. Elles ont aussi prévu d’aller à Torotoro, on décide donc d’y aller tous les 4. Ce pars national est connu pour ses traces de dinosaures et son paysage particulier.

Cours de géologie et de paléontologie

Pour visiter la région, il est obligatoire d’avoir un guide. On part donc le premier jour accompagnés de notre guide pour découvrir la Cuidad de Itas. Ce n’est pas réellement une ville mais un petit canyon dans lequel on trouve un labyrinthe de cavités creusées par les vagues lorsque la mer était à ce niveau, il y a très longtemps. On se balade pendant 2h entre les rochers. On voit même quelques peintures rupestres.

Cours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie

Ensuite on redescend vers la grotte de Umajalanta. En chemin, on s’arrête pour quelques photos des montagnes qui entourent la ville. Comme à Maragua, elles sont taillées en dent de scie, c’est impressionnant. Avant l’entrée de la grotte, on peut voir des traces de dinosaures. La région en est remplie. Super impressionant. Après s’être équipé d’un beau casque et d’une lampe, on descend dans la grotte. Le guide est en sandale et n’a pas de lampe… C’est ça la Bolivie ! La visite ressemble plus à de la spéléo qu’à une visite de grotte traditionnelle ! On rampe, grimpe, descend en rappel, etc… A un moment, le passage est si étroit que je ne me sens pas capable de passer. Heureusement, il y a un autre passage pour me sauver de ma panique. On s’enfonce de plus en plus dans la terre. Au passage, on peut voir des stalactites et des stalagmites, dont une en forme de sapin de noël avec un enfant sur sa droite. On ressort enfin après près de 2h sous terre. Tout le monde est bien fatigué !

Cours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie

Le lendemain, on reprend un autre guide pour faire la randonnée vers le canyon de Torotoro et les chutes d’eau el Vergel. Comme la veille, la randonnée commence par un arrêt devant des empreintes de dinosaures. Avec les miniatures, on comprend mieux qui est passé par là !

Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie

On arrive ensuite au début du canyon, avec encore une fois des traces de dinosaures. On continue la marche jusqu’au point de vue sur le canyon avec sa passerelle. C’est immense !

Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie

Puis on descend au fond du canyon jusqu’aux chutes d’eau el Vergel. La descente est assez facile mais la remontée l’est beaucoup moins, surtout qu’on se trouve en altitude (2700m), on respire plus difficilement. On se réconforte avec une bière au retour au village.

Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie
Cours de géologie et de paléontologieCours de géologie et de paléontologie

Petit bonus : un bolivien nous chante la marseillaise en espagnol!

Publié dans Bolivie

Commenter cet article